Dans Récit d’enfance : leur passé d’aujourd’hui, nous partons à la rencontre de personnes pour les questionner sur leur enfance et leur éducation. Au travers de six questions simples, nous avons interrogé plusieurs dizaines d’hommes et de femmes. L’occasion, à chaque entretien,  de découvrir le passé de l’invité et son influence sur son présent.

Aujourd’hui, nous rencontrons Guy, 79 ans. Ce Guadeloupéen nous embarque dans son pays d’origine, nous transmet son vécu durant la guerre 39-45, et la place du football dans sa vie. Scoutisme, pension, fratrie : quels sont les autres mots qui caractérisent son enfance.

Les entretiens sont retranscrits dans leur intégralité : nous avons pris le parti de conserver les mots choisis par les narrateurs… et parfois leur franc-parler !

Guy 79 ans

Sommaire

5 mots : Quels sont les cinq mots qui décrivent votre enfance, et pourquoi ?

Bonheur. J’ai eu des parents formidables, extrêmement gentils, pas assez sévères à mon goût, car s’ils l’avaient été plus j’aurais peut-être fait autre chose comme carrière.

Famille. J’étais entouré de mes quatre frères et sœurs, des proches cousins et de mes oncles et tantes. J’ai vraiment vécu dans un environnement agréable. Je n’ai pas eu de problèmes durant mon enfance, et j’étais un garçon sage et obéissant, c’est pour cela que mes parents étaient très gentils avec moi. Bien sûr, ils étaient quelques fois sévères lorsqu’on le méritait, c’est normal. On a eu une très bonne éducation. Nous sommes tous allés dans des écoles religieuses : mes parents travaillaient tous deux dans le commerce, ils n’avaient pas le temps de s’occuper de nous, nous étions donc en pension. Cependant, grâce à leur métier, nous ne manquions de rien : on avait une facilité de vie. 

Durant la guerre 39-45, ma petite sœur est née pendant cette période. 

Guerre. On a vécu la guerre 39-45, ma petite sœur est d’ailleurs née durant cette période. La vie était un peu plus stricte du fait qu’aux Antilles des militaires étaient venus pour faire régner l’ordre.  Nous avons connu le couvre-feu. Pour faire nos devoirs le soir nous ne pouvions pas, car il fallait éteindre la lumière dès 21 h. Comme nous avions une maison assez grande, on éteignait côté rue, et on gardait la lumière côté jardin pour qu’on puisse encore un peu vivre. On ne s’éclairait pas à l’électricité, mais à la bougie. 

Il faut que je vous raconte un souvenir. Mon père gérait une boulangerie qui était à 500 mètres de la maison et les boulangeries elles, avaient le droit de rester ouvertes durant la nuit pour pouvoir travailler. Mon père attendait que les ouvriers viennent vers 3 h du matin pour prendre la relève, et pendant qu’il se rendait à la maison pour pouvoir dormir, à plusieurs reprises, il s’est fait embarquer par la police, car ces derniers faisaient des patrouilles à partir de 21 h pour vérifier le bon respect du couvre-feu.

Heureusement il n’a rien eu, ils l’ont même raccompagné à la maison une fois qu’ils avaient compris qu’il venait tout simplement d’avoir fini de travailler. On a aussi connu la période de rationnement. Les gens avaient une carte d’alimentation, ils devaient aller se faire servir. Ce sont des moments qui m’ont marqué durant mon enfance.

Pension. On y a été très jeune. À partir de la deuxième partie de la primaire, nous avions été en demi-pension. Nous n’étions pas en pension à l’école, mais une privée, chez les oncles et tantes. Eux étaient chez eux, avaient leurs enfants et ils s’occupaient de nous. Nous avons donc reçu une partie de notre éducation d’eux. C’est surtout la famille du côté de mon père qui s’occupait de nous, car ma mère n’avait pas de frères et sœurs.

Il faut savoir que je n’étais pas avec mes deux sœurs, parce que les filles et les garçons étaient séparés. Nous étions donc les trois garçons chez une tante, et les deux filles chez une autre. On se retrouvait seulement pour les vacances et durant les week-ends.

Nos parents venaient nous voir assez régulièrement. C’était vraiment la belle vie. Cette solution soulageait ma mère, qui n’avait pas besoin d’arrêter de travailler, n’avait plus le souci de nous faire faire les devoirs et de nous coucher. 

Durant l’enseignement secondaire, nous étions plus en pension, nous sommes revenus à la maison, car nous étions assez grands pour nous débrouiller tout seul. Là, on a commencé à vivre notre adolescence. 

Fratrie. Nous avions à chaque fois deux ans d’écart entre nous, si bien que j’ai dix ans d’écart avec le plus petit : je suis l’ainé de la famille. Les plus jeunes me devaient le respect : c’était comme ça à la maison. C’était moi qui prenais tout lorsqu’on faisait des bêtises. 

Regret : Est-ce qu’il y a une chose que vous auriez voulu changer à votre enfance ?

   J’aurais pu m’accrocher un peu plus à la musique. J’avais un cousin qui était musicien. J’ai commencé à faire de la musique avec lui. Cependant, je n’ai pas pu continuer et ça je le regrette un peu. Il jouait du violon et à la maison, on avait un piano. On peut dire que j’ai sacrifié la musique au profit du football. Je préférais aller aux entraînements de foot, plutôt qu’aux cours de piano. Mes sœurs ont été plus assidues que moi. C’est un réel regret. 

Pieds d'un enfant sur un ballon de foot abimé

Éducation : Quelle critique positive et ou négative pouvez-vous faire de votre éducation ?

   Mes parents n’étaient pas assez exigeants envers nous parce qu’ils ne nous demandaient pas d’en faire plus. Une fois que l’on avait fini ce qu’on avait à faire, on arrêtait puis on allait jouer, alors qu’ils auraient pu nous faire bosser un peu plus. Ils s’en sont rendu compte, car au collège, ils nous ont payé des cours pour nous faire avancer plus vite pour l’année suivante. On avait un professeur à la retraite qui nous donnait des cours de français, de maths…

En ce qui concerne les valeurs qu’ils nous ont transmises, je ne retiens que du positif. Je ne peux que les remercier. Ils nous ont appris l’honnêteté, la rigueur et le travail, malgré qu’ils aient été quelques fois trop tendre avec nous. Par exemple, ils ne vérifiaient pas à fond nos devoirs : ils nous croyaient sur parole. Ils nous faisaient confiance ; c’était quelque chose de réciproque. Il y avait aussi la notion du respect qui était très importante. 

En Guadeloupe, nous avions une éducation scolaire très stricte. Les filles et les garçons étaient séparés : je trouvais cela très mesquin. Il a fallu qu’on arrive au lycée pour qu’on puisse être mélangés. Puisque nous avions eu l’habitude d’être séparés, même au lycée on n’osait pas se mélanger, il y avait des groupes non-mixtes qui se formaient. Ce n’est qu’en première qu’on a commencé à aller les uns vers les autres, car on commençait à avoir des thèmes de discussion communs. On discutait principalement des cours, des devoirs. 

Personnalité : Y a-t-il un trait de votre caractère qui est une conséquence de votre vécu durant votre enfance ?

   J’ai peut-être quelques fois pas été assez tenace. Je n’ai pas suffisamment travaillé dure : j’aurais pu m’accrocher beaucoup plus. C’est à cause de ce foutu football. J’avais la chance d’être un bon élément, donc j’ai été beaucoup sollicité. Je regrette que le foot ait pris autant de place dans ma vie. Cela m’a empêché de continuer la musique, et j’ai un peu délaissé les études. J’ai toujours fait mes devoirs, je n’ai jamais eu de problèmes de retard, mais je faisais le strict minimum. 

J’aime mon monde, mes enfants, mes arrière-petits-enfants et mon épouse qui est adorable. Tout petit, ma mère m’a inculqué le respect pour les femmes : elle disait “il faut que tu ais du respect pour les femmes, parce que ta mère est une femme. Si tu respectes les femmes, alors tu me respectes.” C’est vrai qu’il y a quelques hommes qui sont machos, mais tous ne le sont pas. Il faut reconnaître que la société n’a pas ouvert correctement les portes pour les femmes, mais cela vient petit à petit. 

D’un autre côté, j’ai souvent entendu dire que le jour où les femmes auront le pouvoir, les hommes vont en baver ! Cependant, ce n’est pas une raison pour leur refermer les portes. 

Transmission : Quelles choses pensez-vous avoir transmis à vos enfants de votre propre éducation et lesquelles sont différentes ?

À mon tour, je pense avoir transmis à mes enfants le respect des autres, le courage, l’honnêteté : c’est une forme de respect. Lorsqu’on respecte les autres, on est honnête avec eux.  

Avec mes enfants, on n’a pas forcément eu la même éducation, puisqu’on ne vit pas dans le même monde. Ils n’ont pas les mêmes relations avec nous, que nous avions eu avec nos parents. Ils sont plus libres. Nous, on avait un réel respect pour nos parents. Je ne dis pas qu’ils n’en ont pas pour nous, mais ils sont beaucoup plus indépendants. Je ne sais pas pourquoi, on respectait plus facilement les hommes que les femmes. C’est encore un autre degré d’indépendance en ce qui concerne les petits enfants, vis-à-vis de leurs parents. 

Je pense que leur éducation fut moins stricte que ce que j’ai pu recevoir parce que les relations entre nous et nos enfants étaient plus détendues. L’interdiction était un mot qui existait lorsque j’étais jeune, aujourd’hui, on dit “il ne faut pas”. Lorsque mes petits enfants viennent ici, je les vois accrocher à leurs écrans, et on a beau leur dire qu’il serait mieux de faire autre chose, cela leur passe par-dessus la tête. En soit, je m’en fiche, c’est pour leur bien. Guy, mon petit-fils, est parfois accroché à son portable et je trouve ça dommage. Bon, il s’appelle comme moi, car c’est un honneur qu’on a voulu me faire, mais je trouve ça malheureux pour lui parce que c’est un vieux prénom, mais lui est plutôt content. 

Cependant, je ne me fais pas trop de soucis pour eux, c’est leur mode de vie, ils vivent juste différemment de nous. 

Anecdotes : Avez-vous un souvenir, une anecdote de votre enfance à raconter ?

    En Guadeloupe, on était tellement dans la nature en permanence que l’on y prêtait plus attention. On avait des animaux, par exemple des cochons. Je me souviens que l’on tuait le cochon pour Noël. C’était quelque chose de très organisé, nous avions des gens qui avaient l’habitude de tuer le cochon, qui faisait le tour des maisons pour le faire. Le cochon était mis à la diète pendant trois semaines. On ne lui donnait pas n’importe quoi à manger. Ils venaient le jour prévu pour égorger le cochon, le préparer, la dépecer. Ce qui était spectaculaire, c’était lorsqu’ils tuaient le cochon. Cela criait, criait, criait. Plus il criait, plus il saignait. Ils le faisaient donc crier un max jusqu’à l’épuisement.                                         

Les dames s’occupaient de préparer le boudin. Cela se faisait dans un grand récipient. Il y avait un grand feu dans le jardin. Elles ébouillantaient les boyaux, préparaient le sang pour pouvoir faire le boudin. Je revois le grand entonnoir, qu’elles mettaient dans un bout du boyau, puis ils vidaient à l’intérieur le mélange qu’elles avaient préparé. Elles bourraient tout à l’intérieur : c’était quelque chose de spectaculaire aussi. 

J’étais scout ! Scout de France. C’est là que je faisais des sorties avec les copains, le reste du temps ? On avait moins le temps. 

Je me souviens que l’on allait au cinéma avec mes frères, le jeudi après-midi. C’étaient les séances pour les enfants. Le cinéma était à 100 mètres de la maison. C’est vers quatorze ans que j’ai dû commencer à aller voir des films d’adultes. Dans un premier temps, c’étaient des films qui étaient conseillés par les profs, puis j’y allais aussi avec ma grand-mère : elle adorait le cinéma. 

Mon père a été aussi grossiste, il devait venir assez régulièrement en métropole pour rencontrer les industriels afin de pouvoir passer ses commandes. Il arrivait qu’il nous emmène avec lui : pour lui, mon frère ou moi allait prendre la succession. Nous cela n’était pas trop dans nos perspectives parce que le travail de commercial était dur : il ne se couchait jamais avant 23 h, il devait faire tous les jours les comptes, et préparer tout pour le lendemain. Sa journée commençait à 5 h. Ce n’était vraiment pas quelque chose qui nous faisait rêver. 

J’avais vingt ans lorsque je suis venu m’installer en France pour mes études. Je suis venue par bateaux : à l’époque il n’y avait pas encore de liaison en avion. J’ai eu le privilège de faire la traversée sur un bananier. Ces bateaux venaient en France pour approvisionner le pays en bananes : le port d’attache était Dieppe et de là je devais prendre le train pour aller à Paris.

Une de mes tantes avait déjà un de ses fils d’installé en France, à Bordeaux. Elle nous avait donné un colis pour lui que je devais transférer une fois arrivé. Lorsque j’ai débarqué, les douaniers nous ont fouillés. Ils ont voulu ouvrir le colis que j’avais pour mon cousin et ils ont aussi trouvé une bouteille de rhum que j’avais apportée. À cause de cela, ils ont voulu me dresser une contravention. Heureusement, j’ai eu l’idée de leur donner la bouteille, ils m’ont fichu la paix. 


Pour aller plus loin :

L’entretien a été réalisé en partenariat avec Notre passé d’aujourd’hui, projet qui porte des valeurs semblables à celles d’Entoureo. Découvrez-en plus sur ce beau projet ci-dessous :

Logo émission de radio avec les différentes étapes de la vie , de l'enfance à la vieillesse
Dans le cadre de son projet de livre en cours d’écriture depuis 2018, intitulé Notre passé d’aujourd’hui, Rosemitha Pimont, âgée de 20 ans, a réalisé une centaine d’interviews pour recueillir une multitude d’histoires de vie. Son objectif est de raviver, à travers six questions, les souvenirs de notre enfance, les caractéristiques de notre éducation, afin de voir l’impact de notre passé sur notre personnalité, notre présent.
Les personnes interviewées sont âgées de 15 à 101 ans, proviennent des quatre coins du monde, et sont de milieux socioculturels divers. Une émission de radio sous le nom de Notre passé d’aujourd’hui, issue du même projet, est déjà disponible.

https://radiouclille.univ-catholille.fr/search/1-notre%20pass%C3%A9%20d’aujourd’hui%20


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *